Si « mange des épinards sinon pas de desserts » ne marche pas c’est surtout à cause des parents. En effet, une habitude alimentaire saine dès le plus jeune âge amoindrie la probabilité des futurs jeunes hommes et futures jeunes femmes à tomber dans la décadence de la malbouffe et cela ne tient qu’à une éducation bien dosée. Le fait que les enfants ne veuillent pas de légumes est surtout dû à un palais mal entretenu. Pourtant, ce refus n’est pas une fatalité et y remédier est possible aussi bien pour les bambins que pour les grands enfants que sont encore certains.

Cet état de répugnance face à ce qui est sain est un phénomène que les chercheurs ont voulu approfondir. C’est ainsi qu’ils ont découvert que la plupart des personnes ayant bébé à la maison ont tendance à privilégier la force par des remontrances quand il s’agit de parler assiette. Pour éviter cela, la meilleure solution est bien sûr la prévention. Ainsi, il serait mieux d’inculquer certaines valeurs nutritives aux enfants de bas âge car c’est avant de souffler leurs deux bougies que l’enfant est plus réceptif. Mais si ce délai est largement dépassé il y a toujours une alternative. Tout d’abord, évitez de trop pousser sur les additifs comme le ketchup, le tout est de jouer sur la texture et les formes. Il existe par exemple des emporte-pièce qui égaieront à coup sûr les carottes trop sucrées ou les infectes aubergines. On peut aussi essayer l’astuce us de tomates (ou autres) qui accompagne les gueuletons de seize heures.

En résumé, pour ne pas cracher dans la soupe dès qu’on voit des légumes, forcez sur la présentation. Ainsi, quand bébé deviendra grand il n’aura aucun mal à se mettre au vert.

Les légumes et bébé : histoire d’amour impossibles ?

| Blog |
About The Author
-